Au cœur du Darknet – Documentaires sur CINÉ ONE

Un darknet est un réseau superposé (ou réseau overlay) qui utilise des protocoles spécifiques intégrant des fonctions d’anonymisation. Certains se limitent à l’échange de fichiers comme RetroShare, d’autres permettent la construction d’un écosystème anonyme complet (web, blog, mail, irc) comme Freenet.

Les darknets sont distincts des autres réseaux pair à pair distribués car le partage y est anonyme (c’est-à-dire que les adresses IP ne sont pas partagées publiquement) et donc les utilisateurs peuvent communiquer avec peu de crainte d’interférence gouvernementale ou d’entrepris. Pour ces raisons, les darknets sont souvent associés avec la communication de type dissidence politique et les activités illégales (ex. : cybercrime). Plus généralement, le « Darknet » peut être utilisé pour décrire tout type de sites non-commerciaux sur Internet, ou pour référer à toutes les technologies et communications web « underground », plus communément associés avec les activités illégales ou dissidentes.

Le terme darknet ne doit pas être confondu avec « deepweb » lequel signifie web profond. « Darknet » ne doit pas non plus être confondu avec le néologisme « darkweb ».

Exemples de logiciels darknets

Il existe des dizaines de darknets différents. Certains (comme Tor) rassemblent de très vastes communautés; d’autres sont beaucoup plus confidentiels. Les principaux darknets sont :

  • Tor est une forme de mixnet développé au début des années 2000 par l’armée américaine. Le réseau rassemble plus de 2 millions d’utilisateurs chaque jour. Tor permet de surfer anonymement sur le web ouvert et intègre un darkweb très actif. C’est là que se trouvent notamment les principaux marchés noirs, mais on y trouve aussi des sites d’expression politique, des ressources techniques, etc.
  • Freenet propose un écosystème anonyme complet (mails, blogs, messagerie, IRC, web) et intègre un mode F2F (ami à ami). Dès l’origine, Freenet a été orienté vers la politique et on y trouve de nombreuses ressources associées.
  • I2P se comporte comme un proxy. Il intègre un darkweb (les eepSites) et permet l’échange de fichiers, l’édition de blogs et une messagerie anonyme. Il permet également de surfer anonymement sur le web ouvert.
  • GNUnet est le système d’anonymisation proposé par le projet GNU. Il est essentiellement utilisé pour le partage de fichiers.
  • Zeronet propose de créer un web ouvert et anonyme à partir d’une technologie inspirée des Bitcoins.
  • RetroShare fonctionne d’origine en mode ami à ami, toutefois il est capable de fonctionner en mode dit
  • Darknet « définition populaire » (c’est-à-dire entre anonymes, à savoir les amis des amis) si l’on y désactive la DHT et le « Mode découverte ».
  • SafetyGate Invisible est une solution professionnelle commerciale.
  • AlphaBay, création en 2014, fermé au juillet 2017 AlphaBay référençait 380.000 produits,de 200.000 clients dans le monde,plus d’un milliard de dollars de transactions depuis 2014.
  • Hansa Market. Fermé au juillet 2017. Site de trafics en tout genre.

 

L’utilisation d’un réseau de type darknet à des fins illégales (telles que par exemple le cybercrime, l’atteinte au droit d’auteur, etc.) n’apporte pas la garantie totale de rester impunissable. De multiples causes sont susceptibles d’interrompre la confidentialité des transmissions de données dans un darknet, comme « attaque de l’homme du milieu », bugs informatiques, erreur d’utilisation d’un logiciel causée par l’utilisateur., erreur de paramètre dans un logiciel ou matériel causée par l’utilisateur., exploit, ingénierie sociale, ou vulnérabilité.